ECLIPSE PHASE, un jeu de Posthuman Studios

Forum destiné à faciliter les échanges et l'accès aux infos pour nos tables de jeu de rôle


Distance réelle et Distance sociale

Partagez
avatar
Nerazim Pal'xā
Admin

Ping : 236
Messages : 59
Date d'inscription : 05/03/2016

Distance réelle et Distance sociale

Message par Nerazim Pal'xā le Sam 12 Mar - 8:52

DISTANCE RÉELLE ET DISTANCE SOCIALE


Les distances impressionnantes séparant les habitats impliquent que toutes les communications – à l’exception de celles utilisant les communicateurs IQ, rares et très coûteux – sont soumises à un laps de temps conséquent entre l’émission de la question et la réception de la réponse.

Dans la plupart des cas, ce décalage temporel varie entre dix secondes et plusieurs heures et rend les communications en temps réel entre les habitats particulièrement difficiles voire impossibles.

Ces problèmes de communication contribuent à isoler un peu plus les habitats les uns des autres et, de ce fait, les populations se socialisent d’abord avec les membres de leur propre habitat (ou de leur groupe d’habitats, si leur lieu de vie fait partie des différents ensembles de deux à vingt habitats que l’on trouve à travers tout le système solaire).

Au sein d’un habitat ou d’un groupe d’habitats, les communications sont effectivement instantanées grâce à la Toile, le réseau sans fil omniprésent.

Quiconque est équipé d’un ecto de portée moyenne ou se sert d’implants réseaux basiques est à même de communiquer avec les autres par des moyens qui vont bien au-delà du simple contact vocal.

Ces deux systèmes permettent les communications RA qui, dans l’ensemble, sont à peine différentes des rencontres en tête-à-tête, ce qui donne la possibilité de passer du temps avec toute personne de son propre habitat, et ce à tout instant, du moment que les deux interlocuteurs sont disponibles et désireux de communiquer.

À moins que quelqu’un décide volontairement de couper les communications, parce qu’il dort ou est occupé, on peut toujours rester en contact les uns avec les autres.

Beaucoup d’amis proches et de partenaires amoureux échangent régulièrement de cette manière dès qu’ils ont un moment, partageant blagues et discussions.

Ce système atteint toutefois ses limites quand le délai de réponse atteint plusieurs minutes entre chaque commentaire, c’est pourquoi les communications inter-habitats ne sont jamais aussi intimes ou familières qu’au sein d’un même lieu de vie.

Bien que le voyage par egodiffusion (c’est-à-dire par transmission d’un ego vers un autre habitat, suivie d’un ré-enveloppement) soit aussi aisé que la communication, son prix
n’est pas le même ; et une excursion vers un autre habitat est considéré comme un important voyage avec tous les coûts que cela implique.

Les individus voyageant vers d’autres habitats ne sont plus en mesure de prendre part aux communications en temps réel ou de partager des moments de loisir en temps réel avec les personnes restées derrière.

Le voyageur doit donc à chaque fois se trouver un nouvel environnement social.

En plus des difficultés et des dépenses liées à l’acquisition d’un nouveau morphe dans un nouvel habitat, la distance sociale séparant les individus et les réseaux sociaux laissés en arrière s’ajoutent au coût du voyage.

Avant la Chute, les réfugiés de la Terre étaient habitués au fait de pouvoir communiquer facilement avec n’importe qui sur la planète.

Les individus fortunés pouvaient aisément se rendre aux quatre coins de la Terre en l’espace de quelques heures tout en gardant le contact avec les personnes restées dans leur ville d’origine.

Cela ne causait pas de changement perceptible.

Mais l’exode de la transhumanité loin de la Terre implique maintenant que le cercle social d’un individu se limite à son habitat.

Même un tout petit décalage temporel dans les communications, même un bref délai de deux à trente secondes comme celui qui existe entre deux lunes joviennes ou saturniennes, entrave considérablement les flux et les échanges de communications.

Lorsque le décalage temporel entre en jeu, la plupart des communications deviennent des messages et ceux-ci remplacent les essais de conversations continues.

Quand une discussion approfondie s’impose et que le temps est limité, il est possible d’envoyer un fork de soi-même – une copie numérique – pour assurer la discussion en notre nom sur place, puis d’attendre son retour et sa réintégration.

Puisque le décalage entre l’envoi d’un message et la réception d’une possible réponse est déjà conséquent, on ne se presse généralement pas pour répondre aux messages en provenance d’habitats lointains, sauf dans les cas les plus urgents, et cet état de fait contribue à isoler encore davantage les populations résidant dans les zones éloignées du système solaire.



CULTURE ET SOCIÉTÉ

    La date/heure actuelle est Ven 23 Juin - 21:02